Kagami Biraki

Le Kagami Biraki est une cérémonie des vœux très importante dans la culture du Japon ancien. Elle se déroule le 11 janvier au Japon. L’expression signifie « ouvrir le miroir ». Son sens profond renvoie à la tradition Shinto et à la mythologie japonaise. La cérémonie elle-même remonte à la période des shogun et des samouraïs du Japon guerrier d’il y a plus de 300 ans.

Cérémonie de début d’année

De nos jours, dans certains dojos traditionnels, cette cérémonie réunit les pratiquants autour de leur art dans leur lieu de pratique. C’est l’occasion pour tous de nettoyer le dojo, de le purifier des impuretés de l’année écoulée. La cérémonie est aussi l’occasion de décorer le dojo pour débuter une nouvelle année d’étude dans le respect des valeurs du budo. On y ouvre au maillet un tonneau de saké et on y brise des gâteaux de riz (kagami Mochi). Des démonstrations de kata ou d’art martial traditionnel peuvent être organisées. L’idée est de partager un moment de convivialité et de remerciement de tous les pratiquants entre eux d’une part, et à leurs maîtres présents et passés d’autre part. Sans eux, aucun art martial ne peut être transmis ni pratiqué.

Tonneau de sake du Kagami biraki

Réflexion et convivialité

Pour tous, c’est aussi un moment de réflexion sur sa pratique et ses objectifs pour la nouvelle année.
De nombreux dojos saisissent l’occasion de cette fête pour partager un moment d’amitié autour de démonstrations techniques et de remises de diplômes. Le saké n’est sans doute plus là mais la tradition perdure !

Connaître l’existence de cette cérémonie permet de se souvenir que le karaté-do est un art qui prend ses racines martiales dans le Japon guerrier. Cela doit à la fois nous rendre humbles et fiers de perpétuer cette tradition issue du Budo


En début d’année, cette période de bonnes résolutions est aussi une occasion de réfléchir à sa pratique martiale 🙂

Gâteau de riz du Gagami Biraki
Gâteau de riz du Gagami Biraki
Retour au lexique des Karate-mots